La génèse d'une mascotte pour sauver Sega

Qui ne connait pas Sonic, l'un des herissons les plus renommés de par le monde? (Vous me direz, peu ont une renommée comme la sienne!). Eh bien autant vous dire que beaucoup le connaissent, mais peu savent comment il est né.

Revenons quinze ans en arrière, au siège Sega. Six ans apres le grand crash des jeux video aux USA, Nintendo domine le marché. Au-delà de l'aspect technologique, c'est également une firme qui sait s'imposer par de nombreux produits dérivés, ainsi que son icône principale: Mario. Sega est lui spécialiste de l'arcade. En 1988, Sega adopte la technologie arcade 16 bits en version console, en esperant détroner sa rivale. Grâce à cette initiative, la renommée de Sega va monter en flèche, et s'affirmer dans le monde entier.

Le projet Sonic 

Après la sortie de la Mega Drive, Sega constate que l'une de ses grandes faiblesses est d'être trop concentrée sur le jeux de type "arcade". Malgré les ventes plutôt satisfaisantes de la 16 bits, le PDG de Sega estime que ce n'est pas suffisant. Il redoute la contre-attaque de Nintendo. C'est à partir de ce moment que va se profiler la génèse de notre célèbre hérisson bleu. Hayao Nayakama, le PDG de la firme, préconise la création d'une mascotte universelle et reconnaissable au premier coup d'oeil. Pour la petite anecdote, aucun congé, je ne dis bien aucun, ne sera délivré avant la fin du projet. Tout comme Nintendo, Sega prevoit un jeu "action-plateforme" accessible à tous.

 

Alors que les characters designers prennent pour modèle Mickey, le gameplay se base sur la faculté de pouvoir ramasser un objet afin de le jeter pour débloquer un chemin ou tuer un ennemi. Mais l'idée est abandonnée. Il fut finalement décidé que le personnage pourrait se transformer en boule  après avoir atteint sa vitesse maximale en courant.

Inspirés par ce gameplay, les quinze membres de l'équipe CS#3 intégrèrent rampes, loopings et bumpers, car selon eux, un personnage qui bouge en roulant a pleine allure rappelerait un flipper. Restaient les choix du personnage: alors selon vous, quel animal à la possibilité de se mettre boule? Vous me direz le hérisson. Eh bien en effet, le hérisson et le tatou sont les deux animaux retenus. C'est Mister Needlemouse qui fini par être retenu, c'est à dire le surnom qui fut provisoirement donné à notre hérisson tout bleu. Pour autant, un tatou sera intégré au jeu, sous le nom de Mighty, et intervenant dans les jeux Team Chaotix et Segasonic. Le design de "Mr Needlemouse" fut confié à Natao Ohshima.

Le personnage devait avoir un charisme prononcé. Naoto Ohshima décide donc de s'inspirer des cartoons américains, plutot que des personnages mangas, devenus trop semblables les uns les autres au sein du monde du jeu video. Pourquoi bleu? Tout simplement parce que c'est la couleur du logo Sega, et également parce que comme toute bonne firme qui se respecte, on aime bien narguer la voisine et lui montrer qu'on est différente et plus puissante. Que veux-je dire par là? Eh bien que le bleu de Sega, s'oppose au rouge de Nintendo (Mario est rouge et bleu remarquons, mais le rouge est sa couleur prédominante). Bref, passons. C'est enfin que naquit notre petit hérisson bleu, baptisé Sonic.

 

 

Il fallut finaliser le jeu. On y ajouta donc le systeme d'anneaux. Le principe était plutot sympa: un hérisson qui court à fond les manettes (héhé c'est le cas de le dire) et qui doit finir le niveau le plus rapidement possible. Joignez à ceci un "Super" sonic, sauveur des animaux. En effet, vous devrez libérer un maximum d'animaux au cours du jeu, prisonniers des "badnicks", robots sous la houle du maléfique Docteur Robotnik, dit aussi Eggman (litteralement homme-oeuf vous aurez compris, et ça lui va très bien à cette tête d'oeuf à moustache =P).

Sonic pratiquement fini, Sega se devait d'en faire la promotion, une promotion hors pair! Alors qu'il était pour le moment impossible d'imaginer un choc frontal avec Nintendo, le jeu commença donc aux US. Le but était de contrer la 16bits de Nintendo: la NES. L'impact qui s'en suit, grâce au flot de publicité continu, est impressionant. La Génésis (MD américaine) devient alors LA console à posseder dans son salon.

Le 23 juin 1991, c'est la ruée vers le hérisson bleu, les magasins sont submergés par les possesseurs de la console, mais aussi par les nouveaux acheteurs, qui repartent non seulement avec leur herisson bleu sous le bras mais aussi avec une console flambante neuve (les veinards!).

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×